4.75 sur 5 basé sur 8 votes client
(8 avis client)

Manuel pratique de la haine

19.00

Plongée vertigineuse dans le monde du crime de São Paulo
Polar brésilien

Auteur : Ferréz
Photographe : Alexis Peskine

En achetant sur notre site, vous soutenez directement notre travail. Pour l’édition indépendante, c’est vital. Merci !

(et tous nos livres sont imprimés en France 😀 )

 

Qté

Il est temps que je me venge, ma faim s’est transformée en haine

Résumé

Au Brésil, dans la favela, Régis, Magicien, Lúcio la Foi, Neguinho et Aninha planifient le braquage parfait. Sans perspective de futur, tombés dans l’engrenage cruel de la haine, poussés par une faim ultime, ils tuent, aiment ou meurent dans des proportions démesurées.

La violence, hors de contrôle, explose et s’impose dans cette œuvre brute. Entre révolte et faim, dans un univers de l’action et de la réaction, dans un univers primaire de tensions et de peur perpétuelles, les assassinats s’accumulent…

Écrit par Ferréz, une des voix marginales les plus prometteuses de la fiction urbaine brésilienne contemporaine et illustré par Alexis Peskine, artiste plasticien franco-brésilien, le Manuel Pratique de la Haine, polar brésilien, marginal et vertigineux, révèle sans fard la brutalité des favelas de São Paulo.

Préface de Paulo Lins, auteur de la Cité de Dieu

Il n’y a pas de héros, pas de méchants, seulement des perdants aux prises avec un jeu sans règle, sans limite et terriblement meurtrier. Ferréz écrit avec la virtuosité des grands romanciers brésiliens. J’aime sa prose, rapide, précise, réaliste et profondément poétique. Paulo Lins, auteur de la cité de dieu

Paulo Lins, l’auteur de la Cité de Dieu, a préfacé l’édition française du Manuel pratique de la haine. Lire la préface ici

Critiques

Recommandé par le Routard 2013 comme livre de route. Plus d’infos ici

Dans cette vaste critique de la société brésilienne, Ferréz met à nu les préjugés des riches et le destin tragique qui guette fatalement ses personnages. La raison pour laquelle je préfère le Manuel pratique de la haine à La Cité de Dieu est que le livre de Ferréz bénéficie d’une toile de fond sous forme de roman policier-thriller. Ulostcontrol

 

Si son titre augure de grandes choses, ce livre ne déçoit pas : c’est un uppercut à l’estomac. Ici, pas de distance intello, on est là in vivo dans une favela de Sao Paulo, dans le ghetto in utero. Lecture du KO et littérature du chaos. Magazine Wad

 

Un énième roman de la littérature dite « urbaine » ? Non, un vrai bon livre d’un auteur qui sait exactement de quoi il parle. La Traverse (librairie la Courneuve)

 

Ferrez écrit, décrit ce qu’il a vécu et connu. Il a trouvé refuge et espoir dans la littérature, tout comme un de ses héros qui emprunte beaucoup dans les bibliothèques. Mystère Jazz

Lire toutes les critiques ici

eBook à seulement 5,99€

Par militantisme, les éditions Anacaona proposent une version ebook très accessible, mais sans photographies. Le Manuel pratique de la haine est disponible en ebook chez nos partenaires à 5,99€ : Amazon Kindle, Kobo, Apple iBooks, Immateriel

Kindlekobo by fnac

ibooksimmateriel

 

 

 

8 reviews for Manuel pratique de la haine

  1. 5 sur 5

    :

    UNE BOMBE !!!!!!!!!!!

    Ce livre, c’est un gros coup de poing dans le ventre !! De la pure adrénaline couchée sur papier… Peut-être un peu long à démarrer, mais une fois qu’on est lancé, nuit blanche assurée !!

    Critique réalisée sur le site Fnac.com le 25/11/2009

  2. 5 sur 5

    :

    MAGISTRAL !

    Un pur chef d’oeuvre. L’écriture est efficace, totalement cohérente avec le propos, souvent brutale, et pourtant pleine de poésie. Ce livre est une claque, du genre énorme, et pourtant on en redemande. Prévoir sa demi-journée, car ce n’est pas le genre de livre qu’on peut refermer avant la dernière page!

    Critique réalisée sur le site Fnac.com le 20/12/2011

  3. 5 sur 5

    :

    ENOOOOOOOOOOOORME

    Un roman coup de poing ! Une écriture énervée et sensible. Un livre entre polar et roman social de notre époque, dans les favéla de Sao Paulo. Un plus : de magnifiques illustrations de l’artiste Alexis Peskine ! Ce livre vaut le coup !!!!!!!!

    Critique réalisée sur le site Fnac.com le 18/11/2009

  4. 5 sur 5

    :

    Ce livre est réel, il montre la favela de l’intérieur sans jugement de valeur ou compassion déplacée. C est vrai dur et réel!

    Critique réalisée sur le site Amazon.fr le 2 février 2011

  5. 5 sur 5

    :

    Ce livre propose une plongée dans l’univers des favelas et de leurs règles impitoyables. Le style est haché, parfois abrupt, comme la vie des personnages. J’ai lu d’une traite ce roman captivant.

    Critique réalisée sur le site Amazon.fr le 8 mars 2013

  6. 5 sur 5

    :

    Je viens d’achever à l’instant “Manuel pratique de la haine”. J’en sors un peu voûté, avec un énorme creux à l’estomac. Sacré texte ! Pas d’échappatoire. J’ai travaillé l’an dernier à Cité Soleil, Haïti, une des périphéries affligées de la planète. J’ai replongé dans le ruisseau en cru de la violence. La peinture que fait Ferréz est glaçante de réalisme. La vraie tragédie de notre monde, c’est la mise au point parfaite d’une tuerie organisée des pauvres par les pauvres. Mais ce jeu-là aussi n’aura qu’un temps. Bravo pour votre audace éditoriale.

  7. 4 sur 5

    :

    Le Brésil possède trois vitrines : Brasilia, la capitale, vitrine de la modernité, de l’architecture grâce à Oscar Niemeyer ; Rio de Janeiro, vitrine du plaisir avec son pain de sucre, son Christ qui vous accueille les bras ouverts, ses cariocas, son carnaval ; Sao Paulo, vitrine de la finance et de l’industrie.
    De la misère aussi avec ses favelas, les bidonvilles qui ne sont pas l’apanage de Rio et où vivent des hommes et des femmes repliés sur eux-mêmes à la recherche de travail générateur d’argent et d’espoir pour certains, d’armes et de boissons pour beaucoup d’autres. Les petits boulots sont très recherchés, mais ne se trouvent pas facilement. Alors il ne reste qu’une échappatoire : trouver les « thunes » là où elles se trouvent.
    Chez les riches, les banques, les commerçants. Dans ce monde interlope, Régis, Magicien, Celso le Démon, Lucio la foi, Neguinho Tache-à-la main et Aninha, la seule femme de ce petit groupe, forment une bande qui entend bien se faire respecter. D’autres malfrats grouillent autour d’eux, et les armes n’ont pas le temps de rouiller. de toute façon, ils n’ont pas à se cacher car tous sont catalogués : «… un gamin passait avec une moto Titan, aussitôt les ragots commençaient, les cancaniers le jugeaient immédiatement, le gamin devait voler ».
    Les policiers ne sont pas fiers de leur travail : « il savait que si les gens découvraient qu’il était policier cela le mettrait certainement dans une position désavantageuse, la maison de sa tante n’était pas dans la favela, mais néanmoins suffisamment proche pour s’attirer des ennuis, et cela Aires ne le souhaitait pas, il voulait les liasses de billets mais pas les problèmes ».
    Alors il se rend à son lieu de travail en civil, c’est moins voyant. Mais tout comme ses collègues, il ferme les yeux lorsque de l’argent lui est proposé. Son patron le commissaire Mendonça n’est pas mieux, il visionne des films pédophiles sur son ordinateur tandis que sa femme et ses gosses dorment.
    La loi de la rue règne car d’après Beau-Gosse, l’un des protagonistes « a parfaitement compris que la seule façon de gagner de l’argent est d’utiliser la méthode de l’état, répression et dépendance ». Les livreurs et les transporteurs ont compris eux aussi le système, se laissant dévaliser contre une rémunération, et ils empochent le jackpot avec les assurances. Mais outre la haine entre clans, s’érige une autre haine, ancestrale celle-là, ressentie par toute une frange de la population : « Paulo était noir, il savait tout sur l’histoire de ses ancêtres,…, il parlerait aux petits de tous les indigents qui avaient aidés à construire tout ce qu’ils voyaient depuis leur naissance, il parlerait de l’histoire des opprimés qui ne se sont jamais rendus, et devant ses futurs enfants il démonterait les faux mythes des oppresseurs, ces mêmes faux héros qui avaient tué des indiens et des noirs et à qui l’on érigeait ensuite des statues aux quatre coins de la ville ». Une haine alimentée par une révolte sourde.
    Ferrez écrit, décrit ce qu’il a vécu et connu. Il a trouvé refuge et espoir dans la littérature, tout comme un de ses héros qui emprunte beaucoup dans les bibliothèques. Son écriture lancinante, ses phrases à rallonge peuvent se comparer à des pensées qui nous trottent dans la tête, vagabondent, sautent d’étapes en étapes pour revenir à chaque fois au point de départ. Un éclairage pas forcément brillant sur une société en mal d’avenir. Un roman écrit en 2003, mais les choses ont-elles véritablement changées depuis, la société a-t-elle évolué ? La présentation du livre est impeccable, agrémentée de photos d’Alexis Peskine et une préface de Paulo Lins, auteur de la cité de Dieu.

    Critique postée sur Babelio en Juillet 2013

  8. 4 sur 5

    :

    la violence où les morts s’empilent, les bandes fluctuent au grès des occasions et des disparitions, la police deale, manipule et liquide
    une écriture pas toujours facile à lire mais un livre nécessaire pour entendre des réalités de désespoir
    cela ne donne pas envie d’aller se promener à Sao Paulo
    un auteur croisé au salon du livre

    Critique postée sur Babelio en Avril 2015

Ajouter un Avis