5 sur 5 basé sur 2 votes client
(2 avis client)

Nos os

14.00

Nordeste et São Paulo, à la recherche d’une utopie urbaine.
Roman. Auteur : Marcelino Freire

ebook à 7,99€

Marcelino freire en ebook sur amazon kindle

marcelino freire je suis toujours favela disponible sur ibooks de Apple

Qté

Allons à São Paulo, Carlos passait son temps à m’en persuader, on fera du théâtre ensemble là-bas, il connaissait des troupes, Recife, c’est mort pour les gens qui ont du talent comme toi, là-bas ils reconnaîtront tout de suite ta valeur, ton humour hors du commun, mon amour, il n’y a personne comme toi, tu sais, aussi drôle. J’étais follement amoureux, avec Carlos je me sentais capable de reprendre un cirque en faillite, de courir au bout du monde, mais je n’avais jamais pensé à abandonner ma mère, mon père, mes frères ont besoin de moi, je suis le cœur de la famille…

Résumé

Vieillissant, un dramaturge à succès de São Paulo décide d’entreprendre un voyage de quatre mille kilomètres pour ramener le corps de son amant, à sa famille, dans la campagne profonde du Brésil.

Marcelino Freire s’empare ainsi des histoires de ceux qui quittent leur supposé paradis rural à la recherche d’une utopie urbaine – et atterrissent au milieu des junkies et des prostitués. Le personnage, en quête de purification, décide de vivre le rêve à l’envers.

Marcelino Freire explore la ville de São Paulo, ses personnages marginalisés, et mélange les références dans ce roman mi-urbain mi-rural. Il confirme ici son talent, avec cette écriture orale qui lui a valu les plus grandes récompenses littéraires au Brésil.

Lisez les 3 premiers chapitres du livre ! Nos Os_3 premiers chapitres

Auteur

1967 : naissance à Sertãnia, dans l’état rural du Pernambuco. Il émigre à São Paulo en 1991. Deux faits déterminants pour comprendre son oeuvre.

Il reçoit le Prix Jabuti – le plus prestigieux prix littéraire brésilien – en 2006 pour son recueil de nouvelles, Contos Negreiros.

Ses histoires dégagent un souffle inhabituel pour varier les thèmes d’un calvaire urbain banalisé. Il inverse l’ordre des choses, trouve des sorties et des associations impressionnantes, surprend et frappe. Bien qu’il ait choisi le format de la nouvelle, Marcelino Freire écrit comme un poète. Ses nouvelles sont visuelles. Acides et lyriques. Critiques et poétiques. Orales et sonores.

Ce sont des histoires de misère, de violence, de désillusion et de sang, d’actualité, de dénonciation sociale.

Il manie son texte avec précision et efficacité, et a la capacité de séduire les jeunes et les moins jeunes, les intellectuels et les semi-analphabètes, les patrons et les employés.

Dans les écoles de journalisme, on apprend aux étudiants qu’une bonne info, ce n’est pas « Un chien enragé mord un passant ». Une bonne info, c’est : « Un passant plante ses crocs dans un chien ». C’est exactement ce que font les nouvelles de Marcelino Freire.

L’art de Marcelino Freire, originaire du Pernambouc et homme à l’esprit chaud, est de dire ce qui dérange. C’est ainsi que se succèdent les histoires. Noir après Noir, Blanc après Blanc, Noir après Noire après Blanc… (Julián Fuks, Folha de S. Paulo)

Il est considéré comme l’un des écrivains les plus brillants de sa génération.

Lire la fiche de l’auteur

Critiques

Incroyable Nos os. Le Monde

 

Roman de l’exil et du retour à ses racines, Nos os est un roman dont on s’imprègne avec avidité et au son duquel on se laisse facilement bercer. Ulostcontrol

 

 

eBook à 7,99€

Marcelino freire en ebook sur amazon kindle

marcelino freire je suis toujours favela disponible sur ibooks de Apple

 

Fiche technique

 

Sortie : Mars 2014. ISBN :978-2-918799-51-1

Auteur : Marcelino Freire. Traduction : Paula Anacaona. Illustrations : Fernando Vilela.

2 reviews for Nos os

  1. 5 sur 5

    :

    Le chemin du départ, la route du retour, les voyages s’emmêlent… Un rythme quasi hypnotique comme une ampoule qui s’allumerait quelques instants dans la pénombre, s’éteindrait, s’allumerait, s’éteindrait,…
    Tout un itinéraire de vie à lire.

  2. 5 sur 5

    :

    J’aime beaucoup cette littérature qui s’arrête sur des situations complexes, situations sociales et situations de vie, mais sans afféteries, sans subterfuge, presque avec une forme de pudeur dans la manière dont elle met en scène des moments d’un quotidien souvent sordide, violent, mais jamais dénués d’une certaine rêverie, d’une certaine idée d’un bonheur qui s’exprime toujours de manière fugace, comme là l’amour feutré du narrateur pour le boy.
    Une fois encore un récit très fort.

Ajouter un Avis