(1 avis client)

Le racisme récréatif

15,00

Auteur : Adilson Moreira

Sortie librairie : 23 octobre 2020

154 pages. ISBN : 978-2-490297-10-8

Catégories : ,
 

Description

Quelle est la relation entre humour et racisme ?

Pour y réfléchir, le juriste Adilson Moreira propose le concept de racisme récréatif – une pratique qui exprime un mépris dissimulé envers les minorités sous la forme de l’humour, tout en protégeant l’image sociale du « blagueur » qui ne peut ainsi être qualifié de raciste. Mais comment classer cet humour qui reproduit des stéréotypes négatifs sur les minorités raciales ? Ne fait-il que divertir ? Peut-on rire de tout au nom de la liberté d’expression ?

« C’était pour rire ! » : il paraît que l’humour raciste aurait un caractère bénin. Pourtant, il a des conséquences sociales concrètes sur les minorités visées : il les empêche d’avoir une réputation sociale positive et d’être perçues comme des acteurs sociaux de valeur. Pour l’auteur, le racisme récréatif est donc une pratique stratégique visant à préserver la position sociale du groupe dominant – seul groupe supposément respectable, rationnel, compétent – et à légitimer les hiérarchies raciales de la société, afin que les opportunités sociales restent entre leurs mains.

« Un concept fondamental pour le droit à la dignité des minorités » Djamila Ribeiro, philosophe

Adilson Moreira est docteur en sciences juridiques de l’université de Harvard, aux États-Unis, et de l’UFMG, au Brésil, diplômé en psychologie, et l’un des plus grands spécialistes en droit antidiscriminatoire au Brésil. Il est aujourd’hui professeur universitaire.

Lire le début

Approfondir avec une interview d’Adilson Moreira

Une petite vidéo de 2 minutes (où le mistral souffle en arrière-plan…😏)

1 avis pour Le racisme récréatif

  1. François du Danemark

    J’ai lu Le Racisme Récréatif d’Adilson Moreira, et j’ai adoré. Ce n’est pas ma première lecture sur le racisme “moderne”, mais j’ai adoré la structure du livre, sa solidité conceptuelle et la manière brillante de montrer comment un outil tel que l’humour, souvent dépolitisé par le dominant, a un impact réel dans sa réaffirmation de la domination blanche (dans le cas du racisme récréatif). Bien que l’on sente souvent qu’il y a quelque chose de toxique à l’humour raciste, j’ai trouvé que le livre aidait énormément à en nommer les effets et à en comprendre les articulations. Et puis plus personnellement, étant un homme blanc, j’ai trouvé ce livre incroyable pour continuer à remettre en question mon éducation et les structures dont je bénéficie. Donc pour tout cela et du fond du cœur, merci pour ce livre.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *