Victimes préférentielles de la police brésilienne

Sans pudeur !

Traitement différentiel

Dans une longue interview publiée ici, le nouveau commandant de la ROTA (troupe d’élite de la Police militaire à São Paulo) affirme sans gêne que la police traite différemment les citoyens selon leur situation économique : “Si le policier aborde un individu [en banlieue] de la même façon qu’il aborde un individu à Jardins [quartier chic de São Paulo], il va avoir des problèmes. Il ne sera pas respecté. De la même façon, si un policier parle à Jardins comme il parle en banlieue, il pourra apparaître vulgaire. Le policier doit s’adapter au milieu dans lequel il est sur le moment” dit le lieutenant-colonel Ricardo de Mello Araújo, qui vient de prendre la tête des 700 hommes de la troupe d’élite de la Police militaire de São Paulo.

Cette affirmation est d’autant plus choquante lorsque l’on sait que cette différence peut signifier la mort de l’habitant de banlieue. La ROTA est le groupe policier qui tue le plus dans l’Etat de São Paulo – sur les 117 personnes tuées par la police à São Paulo (depuis le début de l’année 2017 seulement !!!), 12 personnes l’ont été par la ROTA, voir article ici). Et c’est cette même police qui tue trois fois plus de Noirs que de Blancs (selon l’étude de l’Université fédérale de São Carlos, ici, qui conclut en affirmant l’existence d’un “racisme institutionnel” au sein de la corporation).

A la recherche d’adrénaline

Le lieutenant-colonel continue :

Pour ceux qui rêvent d’être policiers, la ROTA c’est le top du top. C’est là où nous avons une liberté, c’est la troupe la plus spécialisée. Nous agissons lors des situations les plus graves. L’adrénaline est plus forte ici, à la ROTA. Et c’est ce que l’être humain recherche”.

Il enfonce le clou :

Le type qui saute en parachute, qui fait de la plongée, qui surfe, que recherche-t-il ? L’adrénaline. Sauf qu’il paye, hein? Alors que nous, on est payés pour avoir cette émotion.”

Gloups.

Une étude rapide des derniers accomplissements de la ROTA montre bien ce que signifie “adrénaline” : en juin, la police interne a dénoncé des policiers de la ROTA ont été accusés d’avoir torturé et tué un jeune favelado de 19 ans. En mai, le procureur de São Paulo a accusé 14 policiers d’assassinat de deux jeunes à Pirituba, périphérie de São Paulo. Et la liste est encore longue.

Une douche froide…

Et les droits humains ?

On a bien l’impression que pour ces policiers, les droits humains n’existent pas. “La population doit nous faire confiance ; nous avons choisi d’être policiers pour  sauver et protéger des vies, non le contraire”, conclut le commandant. Faut-il le croire ?

Le colonel Ibis Pereira, ex-commandant général de la Police militaire de Rio, fait entendre une voix minoritaire :

Si nous vivons cette situation horrible, c’est parce que nous n’avons pas fait des droits humains notre priorité dans l’Etat. Notre problème est justement que ce qui pourrait nous sauver est ce que l’on refuse. Nous refusons le remède – qui est précisément plus de droits humains, pour tous. Mais la vie humaine n’est pas une priorité au Brésil…”

Rappelons que le respect des droits humains est une condition pour qu’existe la liberté, la paix, la démocratie et la justice, pour tous.

Edito de la journaliste Marina Amaral, de l’agence Publica

 

Envie d’en savoir plus sur les favelas et la police ? Lisez Je suis favela et Je suis toujours favela : des histoires sur le quotidien des habitants (fortement inspirées de la réalité) et en fin de livre des articles informatifs sur la police et d’autres thèmes. Et puis aussi le roman Kéro, gamin des rues des années 1980, aux prises avec des policiers corrompus.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *