Mai 2022: Inauguration de l’institut Féminismos Plurais

Djamila Ribeiro fait partie de ces rares intellectuelles qui sont également activistes, engagées sur le terrain.

Pour preuve : elle inaugure ce 5 mai 2022, à São Paulo, l’espace Féminismes Pluriels : un espace sûr, de démocratisation des connaissances, d’éducation antiraciste, de promotion de la santé mentale et du bien-être, de développement professionnel, spécialement destiné aux femmes, et notamment aux femmes noires.

« C’est un vieux rêve », avoue-t-elle. « Toute ma trajectoire m’a menée à ce moment, à la création de cet espace, qui voit les personnes (et surtout la femme noire) dans une perspective de puissance. J’espère que cet espace représentera pour les femmes ce que d’autres lieux d’accueil et de développement critique ont représenté pour moi pendant ma jeunesse »

Ici, Djamila Ribeiro fait sûrement référence à la Maison de la culture de la femme noire, à Santos, qui a joué un grand rôle dans sa formation intellectuelle pendant son adolescence (elle en parle dans Chroniques sur le féminisme noir).

L’institut s’adresse spécialement aux femmes noires, parce que ce sont les plus vulnérables, « elles sont en bas de la pyramide sociale, elles sont les plus susceptibles de subir une série de violences systémiques dans le pays ». Elles subissent diverses oppressions qui se croisent, et ont moins accès aux politiques publiques, à une vie digne de fait. Bien sûr, l’institut sera ouvert à tous, y compris aux hommes, mais il est spécialement tourné vers elles.

L’espace Féminismes Pluriels proposera également un soutien juridique et psychothérapique, des cours d’entrepreunariat avec l’entrepreneur noir Mauricio Rocha, fidèle soutien du travail de Djamila et qui a cédé le local. Et même des soins dentaires ! Tous les services sont gratuits.

Bibliothèque, salle de recherche, lancement de livres, groupes de lecture… L’inauguration de cet espace est l’aboutissement de tout le travail intellectuel que Djamila réalise avec sa collection de livres, ses éditos dans les plus grands journaux brésiliens,…

Dans un pays où l’Etat économise tout ce qu’il peut en matière d’éducation, de culture, de soutien aux personnes défavorisées, la société civile s’organise pour combler les lacunes laissées par le gouvernement. Cependant, comme Djamila le précise, « il faut continuer à exiger de l’Etat qu’il joue son rôle, qu’il mette en place des politiques publiques ».

Enfin, à la question de savoir comment elle gère son exposition médiatique (1,2 million de suiveurs sur les réseaux sociaux), Djamila Ribeiro répond simplement : « Je ne suis pas une personne célèbre, je suis une personne reconnue dans ce que je fais. J’utilise mon exposition pour divulguer mon travail et débattre de thèmes que j’estime importants.»  

Pour conclure, l’ouverture de cet espace en plein centre de São Paulo est une grande conquête – et je lui souhaite longue vie ❤️✊🏾


Retrouvez Djamila Ribeiro

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.