L’Appropriation culturelle en librairie

Pendant tout l’été, un libraire à Arles a enregistré ses conversations avec des clients… et ça donne des brèves de comptoir super agréables à écouter, pleines de très bons conseils de lecture !

Dans cet épisode, le libraire nous présente Mounir, un client qui achète trois essais autour des questions raciales, religieuses et féministes. Il compte offrir à sa maman Féminismes islamiques et Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb, car ce sont des sujets dont ils raffolent tous deux. Lui lira L’Appropriation culturelle de Rodney William. Ce lecteur explique qu’il est producteur de musique et agent d’artistes, donc l’appropriation culturelle le concerne particulièrement à travers son milieu professionnel. Dans le secteur musical, on retrouve ces problématiques aussi bien dans le marketing que dans la musique elle-même. Mounir s’exclame : “Ce qui m’embête, c’est le côté capitaliste de l’appropriation culturelle !”

Il souhaite donc avoir les outils pour réfléchir à ces questions : Où commence et s’arrête le partage, le métissage ? Où commence le vol et l’appropriation culturelle ? C’est un sujet dont on parle de plus en plus ces dernières années, et cet essai de Rodney William est le seul à ce jour à se consacrer uniquement à ce thème. Découvrez-le ci-dessous ! Et écoutez cette conversation très inspirante ici.

Ces podcasts ont été enregistrés à la librairie éphémère d’Arles (Librairie Actes Sud).


Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.