(4 avis client)

Pesticides – Un colonialisme chimique

10,00

Un essai percutant pour comprendre la gravité du problème des pesticides pour la santé humaine et l’environnement, et remettre en cause le modèle agro-industriel mondial dominant et profondément inégal.

ISBN : 978-2-490297-31-3

Sortie : 15 février 2024. 

Catégories : ,
 

Description

Les pesticides, présents dans l’eau et l’alimentation de toute la population ou presque, font désormais partie de notre quotidien. Cet usage massif, nocif pour la santé humaine et l’environnement, est une conséquence directe de la mainmise de l’agro-industrie qui domine physiquement et idéologiquement toute la planète.

Dans ce scénario mondial, le Brésil occupe une place spéciale : il est le plus grand consommateur mondial de pesticides, lesquels sont produits en majorité par des multinationales européennes. L’Europe exporte ainsi ces poisons qu’elle ne veut plus chez elle, et intoxique les corps et les terres étrangères. Cynique colonialisme chimique…

Mais par l’effet boomerang de la mondialisation, ces pesticides reviennent sur notre continent par le biais des produits agricoles brésiliens, dans un cercle d’empoisonnement qu’il convient de briser en interdisant ces produits ici et là-bas.

Larissa Mies Bombardi, chercheuse et spécialiste des pesticides au Brésil, vit désormais en Europe où elle a dû s’exiler. Elle était en mars/avril en tournée dans plusieurs villes (Toulouse, Bruxelles, Lille, Rennes, Paris, Liège…) ! Les photos sont à retrouver sur nos réseaux sociaux. 

Lire le début du livre.

Lire les articles :

Ecoutez le podcast qui porte surtout sur la conclusion du livre, c’est à dire les solutions face aux pesticides et au colonialisme chimique ! Avec Isabelle Hillenkamp, collègue de Larissa Bombardi.

4 avis pour Pesticides – Un colonialisme chimique

  1. magazine Causette

    Dans ce petit essai limpide et rageant, Larissa Bombardi dénonce avec sa rigueur scientifique un système agricole mondialisé et cynique dans lequel l’Europe vend aux pays moins développés des pesticides dont elle ne veut plus. (…)

    Lire la critique en entier de Anna Cuxac dans le magazine Causette : https://www.causette.fr/terre/colonialisme-chimique-la-geographe-bresilienne-larissa-mies-bombardi-denonce-les-rapport-nord-sud-de-lagro-industrie/

  2. Helene L.

    Le livre est très intéressant et très bien documenté.
    Le chapitre Capitalisme et Pesticides s’applique tout à fait à la France (p. 56-57). On a oublié que pendant des siècles le travail de la terre servait juste à se nourrir, qu’il n’y avait pratiquement pas de surplus et qu’avoir voulu faire de l’agriculture une production comme une autre (la production agricole) c’est la source de tous les déséquilibres qu’on connaît actuellement.

  3. Le Monde

    Un essai coup de poing.
    La chercheuse revient, chiffres à l’appui, sur ce qui a tout d’un scandale sanitaire.”
    Le Monde, 16 mai 2024

  4. Basta – Guy Pichard

    Aujourd’hui, dans le capitalisme mondial, la production agricole n’est plus synonyme d’aliments. Le Brésil est devenu une espèce de machine à produire des marchandises et de l’agroénergie….
    Basta, 15 avril 2024

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *