Les femmes des favelas à l’honneur dans un documentaire

Focus sur un beau projet dédié à la féminité : « Elles ont toutes une histoire », sur France Télévisions, du 5 au 13 mars 2016.

« Elles ont toutes une histoire », ce sont des petits documentaires soutenus par la Fondation ELLE et réalisés par Nils Tavernier à propos de 11 femmes provenant des quatre coins de la planète – dont le Brésil ! Les destins de ces femmes, hors normes pour certains d’entre nous, sont en fait bien ordinaires quand on regarde l’univers dans lequel elles évoluent.

Prenons l’exemple de Debora Lima de Assis, brésilienne de 25 ans vivant près de Rio, et choisie comme « héroïne des favelas » par Nils Tavernier.

Maman de trois enfants et enceinte du quatrième, Debora n’était qu’une adolescente lorsqu’elle a donné la vie pour la première fois. Perpétuant ce qui est devenu une habitude pour une majorité de femmes des favelas, Debora n’a pas eu d’autre choix que d’élever ses bébés sans la présence de leurs pères – ces derniers étant en fuite ou en prison. Le résultat ? L’impossibilité de travailler et de ramener de quoi vivre correctement.

Le parcours de cette jeune brésilienne pourrait conforter bien des stéréotypes sur la misère des favelas et le néant dans lequel s’engouffrent ses habitant(e)s… Le problème, dans le fond, c’est que trop peu de moyens sont consacrés à cette partie de l’humanité (qu’elle provienne des favelas au Brésil ou des bidonvilles en Inde) : peu ou pas d’accès à l’éducation, campagnes d’information et/ou de prévention fantômes, trop faible distribution de préservatifs pour la densité de population locale… D’autant que la sexualité est un terrain encore très délicat et qu’il est impensable de parler ouvertement de pilule ou d’avortement.

Malgré ses infortunes et l’inaction gouvernementale, Debora a fait le choix de tirer ses enfants vers le haut – car il y a des solutions. Elle s’est tournée vers une association financée par la Fondation Air France : Terra dos homens (Terre des hommes). Terra dos homens, sensible aux maux de la jeunesse, « s’occupe de celles qui prennent soin des autres », entraînant un cercle vertueux de solidarité et d’échanges constructifs entre éducateurs et femmes des favelas. Des activités comme la capoeira, le hip-hop ou le théâtre sont également proposés aux jeunes.

Encore une fois, la culture – combinée à l’entraide – permet d’avancer lorsque tout va mal…

Le portrait de Debora sera diffusé le vendredi 11 mars 2016 sur France 3 à 13h45. A vos postes de télé !

 

Article paru dans Elle à lire sur le sujet : http://www.elle.fr/Societe/News/Elles-ont-toutes-une-histoire-a-la-rencontre-de-ces-heroines-des-favelas-3061714

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *