Lúcia Hiratsuka, tout en silences

Alors que le roman de Conceição Evaristo (Banzo, mémoires de la favela) sort tout juste de l’imprimerie, attardons-nous sur le parcours de Lúcia Hiratsuka, l’illustratrice, et l’art dans lequel elle excelle, le sumi-ê. D’autant qu’elle est à Paris en mars !

Qu’est-ce que le sumi-ê ?

Le sumi-ê est une technique de peinture à l’encre noire associée à la culture Zen. Né en Chine puis adopté plus tard au Japon, ce rite privilégie le caractère essentiel des choses. D’un coup de pinceau, la nature, les animaux et les hommes sont révélés dans leur forme la plus sobre. Le superflu est balayé, autant dans la couleur que dans le tracé.

Minimalisme, pureté et simplicité… tels sont donc les maîtres-mots du sumi-ê !

A l’image d’un temple bouddhiste ou d’un jardin japonais, la contemplation de cet art rituel apaise l’esprit et les sens. C’est peut-être pour cela que Lúcia Hiratsuka s’est très judicieusement tournée vers l’écriture et l’illustration de livres pour enfants – ces derniers requérant douceur et bienveillance !

Cette brésilienne d’origine japonaise ou Nissei – terme qualifiant la deuxième génération de Japonais nés au Brésil – a trouvé sa vocation alors qu’elle n’était qu’une enfant. Au Brésil, dans la campagne où elle est née, elle dessinait déjà avec les moyens du bord : sur la terre rouge avec un morceau de bois. Autrement dit, elle est faite pour ça depuis toujours !

C’est sa grand-mère, japonaise elle aussi, qui lui a inculqué un savoir-faire plus approfondi. Et, de fil en aiguille, Lúcia Hiratsuka s’est affirmée au point d’avoir aujourd’hui plus d’une dizaine de livres à son actif ; des livres comme Issum Boshi, o pequeno samurai, Terra costurada com agua, ou encore Contos da montanha, rédigés et illustrés par ses soins.

Issum Boshi_HiratsukaTerra costurada com agua_Hiratsuka

Ce n’est donc que très récemment que Lúcia s’est essayée à l’illustration de livres pour adultes, avec le roman de Conceição Evaristo, apportant toujours plus de métissage aux Editions Anacaona ! Son indécision de départ s’est transformée en véritable défi. Emue par « l’écrit-vie » employé dans Banzo, mémoires de la favela, Lucia a accepté d’accompagner de son trait la plume délicate de l’auteure afro-brésilienne :

« Le sumi-ê, ce sont des espaces et des vides. Lorsque Paula Anacaona m’a proposé d’illustrer ce roman sur la favela, alors que je ne l’avais pas encore lu, j’ai eu un instant d’hésitation. La favela, c’est l’inverse du sumi-ê : les ruelles sont étroites, serrées, les maisons les unes sur les autres, sans respiration… Ce sont les espaces les plus densément peuplés de nos villes brésiliennes, les plus bruyants aussi ! Mais j’ai été séduite par le roman de Conceição. Séduite car il s’agit d’une histoire de sentiments et de silences. Il y a beaucoup de silences dans ce livre ! Je n’ai pas retrouvé le « bruit » de la favela.  Alors, finalement, j’ai trouvé que cela avait beaucoup à voir avec mon art, le sumi-ê, sa simplicité, ses vides. »

En découvrant les croquis de Banzo, mémoires de la favela, on constate que Lúcia Hiratsuka est capable de dessiner avec autant de justesse et de beauté que le faisait le peintre Carybé avec les ouvrages de Jorge Amado…. Preuve que la talentueuse Nissei a réussi à insérer son style, pur et simple, dans l’univers complexe de la favela.

lucia hiratsuka_banzo

 

Pour rencontrer Lúcia Hiratsuka et avoir la chance de vivre son art en direct, rendez-vous à la Maison de la Culture du Japon (101Bis Quai Branly, 75015 Paris) :

  • le mardi 29 mars 2016 à 18h30 pour une conférence organisée par le Printemps Littéraire Brésilien sur le livre jeunesse.

http://www.mcjp.fr/fr/agenda/le-livre-jeunesse-regard-croise-nippo-bresilien

https://www.facebook.com/printempslitterairebresilien/

http://etudeslusophonesparis4.blogspot.fr/2016/02/printemps-litteraire-bresilien-2016.html

  • le mercredi 30 mars pour des ateliers d’initiation au sumi-ê, à 14h00 pour les enfants de 6 à 12 ans et à 16h00 pour les adultes et enfants à partir de 12 ans, en salle de cours (niveau 1).

Prévoir environ 1h00 pour chaque atelier.

Tarif : 5 € (prêt de matériel inclus). Réservation obligatoire sur le site : http://www.mcjp.fr/fr/agenda/le-livre-jeunesse-regard-croise-nippo-bresilien/initiation-a-la-peinture-a-lencre-sumi-e

Vous ne savez pas dessiner ? Ce n’est pas un problème, tout le monde peut participer !

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *