Juin 2013 : coup de tonnerre en plein ciel bleu

Juin 2013 : coup de tonnerre en plein ciel bleu

Glauber Aquiles Sezerino

 

Juin 2013 : d’amples secteurs de la population brésilienne descendent dans les rues et décident de contester ce miracle économique brésilien tant vanté par la presse nationale et internationale. Un véritable coup de tonnerre en plein ciel bleu…

En effet, si les mobilisations ont commencé par des revendications sur la baisse du prix du transport public, les demandes se soient ensuite portées sur le droit à des systèmes de santé et éducatif de qualité, les professeurs en grève ayant à plusieurs reprises insisté sur la qualité de l’enseignement et sur leurs conditions de travail plutôt que sur une hausse des salaires. Enfin, ces manifestations avancent une critique de plus en plus claire de l’état policier dont les victimes quotidiennes sont précisément les secteurs les plus précaires de la société.

Revenons sur les mobilisations par une chronologie sélective des faits, puis par une étude de cette « nouvelle classe moyenne » dont on parle tant, principal acteur de cette lutte politique.

 

Chronologie sélective des mobilisations

Dans un premier temps, on voit clairement la mobilisation des secteurs de la gauche articulés depuis quelques années autour de la question du transport public et du droit à la ville. Cette mobilisation, en raison d’une répression disproportionnée des forces de l’ordre, pousse d’autres secteurs de la société civile à manifester. Ces classes, par définition multiformes, vont étendre leurs revendications et leurs mots d’ordre à un point d’abstraction politique visant les pratiques de corruption, la vie parlementaire et le système de représentation démocratique dans son ensemble.

Les premières mobilisations

Le 13 juin, environ 10 000 manifestants protestent dans les rues de São Paulo contre l’augmentation du prix des transports publics. Des manifestations ont lieu dans d’autres villes brésiliennes, mais aucune n’est comparable en taille et en conséquences à celle de São Paulo. Au quatrième jour des mobilisations, ces manifestants, organisés majoritairement autour du Movimento Passe Livre, sont brutalement attaqués par les forces de police. Les journalistes des grands médias – jusqu’alors défavorables aux manifestants et aux revendications – ne sont pas épargnés.

Un changement majeur s’opère alors : ce qui avait débuté avec quelques milliers de manifestants de gauche comme une lutte économico-corporatiste centrée sur le transport public se transforme rapidement, après l’adhésion des médias de masse et d’amples secteurs de la société civile, en une lutte contre l’état des choses au Brésil. Le 20 juin, un million de manifestants descendent dans les rues – un chiffre record dans l´histoire politique brésilienne. Outre la réduction du tarif du transport public, ces manifestants scandent aussi leur révolte contre l’organisation de la Coupe du monde de football et des Jeux olympiques ; contre la corruption, la vie parlementaire et les hommes politiques dans leur ensemble ; contre la dégradation des services publics de santé et d’éducation, etc.

Retrouvez la suite de l’article dans Je suis toujours favela.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.